WebSeo
PNF Stretching est une méthode par laquelle le relaxation musculaire par une stimulation...
WebSeo
2019-06-21 16:46:05
WebSeo logo

Blog

THÉORIE ET ​​PRATIQUE DE LA TECHNIQUE PNF EN ÉTIREMENT

  • photo

PNF Stretching est une méthode par laquelle le relaxation musculaire par une stimulation programmée et sélective des propriocepteurs généraux . Plus précisément, il est basé sur la facilitation des effets inhibiteurs régulés par les fuseaux neuromusculaires, que nous verrons plus loin, des organes de Golgi au système muscle-tendon.

Les propriocepteurs sont des organes des sens situés principalement dans les muscles, tendons, ligaments et capsules articulaires: ils sont stimulés par le mouvement et la position de la même. Ces organes importants informent le SNC sur le degré de tension musculaire, sur les indications de la position de notre corps par rapport à l'espace ainsi que sur les changements de position des parties de notre corps par rapport aux autres, régulent les réflexes et contrôlent le tonus et la posture musculaires.

Les fuseaux neuromusculaires sont disposés à l'intérieur du muscle, parallèlement aux fibres musculaires et par leur les terminaisons avec des têtes articulaires informent le système nerveux central du degré d ' allongement et de la vitesse d'étirement . Contrairement aux fibres qui constituent le muscle, ces propriocepteurs sont composés de fibres enveloppées dans une capsule conjonctive.

Ils sont divisés en deux groupes principaux:
1. F ibre avec une chaîne nucléaire: ils répondent à des tronçons lents, constants et maintenus;

2. Fibres de sac nucléaire: réagissent aux étirements rapides


La broche a deux types d'afférences:


> b) Les terminaisons principales : elles ont un seuil d’excitation très bas et signalent les changements de longueur une fréquence de décharge proportionnelle à la vitesse de variation du muscle lui-même. Par exemple, lorsque nous mettons un poids sur nos bras, nous obtenons immédiatement une intervention de maintenance longue et tardive.


Terminaisons secondaires: n'enregistrent que les changements de tension d'étirement importants, donnant des informations sur la vitesse et l'amplitude de l'étirement. Ce type d'innervation a un seuil d'excitation supérieur à celui du primaire et réagit aux puissantes actions d'étirement et de raccourcissement des muscles.


Le réflexe d'étirement est le plus important. des réflexes. Lorsque le muscle subit un étirement soudain, les fuseaux neuromusculaires effectuent une réponse contractile immédiate pour empêcher l'étirement, dont l'intensité varie en fonction de la charge.


Réflexe inversé par étirement: il détermine le relâchement du muscle lorsque celui-ci est soumis à une tension constante pendant une longue période. Les organes responsables de cette tâche sont les corpuscules tendineux de Golgi. Ces propriocepteurs exercent une action inhibitrice sur tous les muscles impliqués dans les étirements. Leur seuil d'intervention est beaucoup plus élevé que celui des fuseaux neuromusculaires et leur action est totalement différente. Par conséquent, la contraction musculaire exerce des effets opposés sur les fuseaux neuro-musculaires et sur les organes tendineux de Golgi. La méthode d'étirement doit prendre en compte cette fraction de temps ou 10 secondes, ce qui nécessite l'intervention des organes du tendon de Golgi pour utiliser la relaxation musculaire après quelques secondes.

L’exécution des méthodes PNF augmente l’amplitude du mouvement (amplitude du mouvement), ainsi que la capacité à développer la force à des amplitudes maximales joint. Puisque le système nerveux central, en tant que mécanisme de défense, a tendance à bloquer les mouvements s'il n'y a pas de force dans cet angle de travail particulier, avec l'augmentation de la capacité contractile due à l'étirement que je vous exposerai dans les excursions maximales, l'allongement est favorisé. , réduisant le risque d'accident en même temps.

APPLICATIONS PRATIQUES :

Les techniques d'étirement utilisent différents types d'inhibition musculaire:

Inhibition autogène: exploits principe physiologique selon lequel un muscle, après la première phase de contraction constante, a tendance à se relâcher. L'athlète contracte le muscle affecté contre la résistance imposée par l'entraîneur sportif pendant environ cinq secondes, avec une force égale à 50% de la force maximale. Ensuite, dès que l'athlète cesse de contracter volontairement le muscle agoniste, l'entraîneur sportif effectue un étirement progressif lent du même. Ce processus, grâce à la tension élevée causée par la contraction musculaire, intensifie l'intervention des organes du tendon de Golgi à l'avance.


Inhibition mutuelle: cette méthode utilise l’inhibition du mouvement créée sur le muscle antagoniste après la contraction de son agoniste. La contraction volontaire du muscle agoniste au mouvement affecté par l'augmentation de la flexibilité, qui dans ce cas doit être égale à 70% à 80% de la force maximale, permet d'obtenir un effet de relaxation vers son antagoniste. Dans ce cas, une fois que la position d'étirement souhaitée est atteinte, l'athlète contracte le muscle antagoniste, celui qui est intéressé par l'étirement, essayant de vaincre la résistance offerte par son entraîneur sportif et la rigidité des divers tissus. Par la suite, après que l'athlète ait cessé de contracter volontairement le muscle, l'entraîneur sportif exercera une poussée lente et progressive en direction de l'allongement du secteur corporel intéressé.

Inhibition croisée: la stratégie repose sur le fait que, après la contraction d'un muscle, une inhibition musculaire égale et opposée s'ensuit. L'athlète contracte ensuite le muscle contralatéral éponyme à celui qui s'intéresse à l'étirement pendant environ 10 secondes contre une résistance imposée par l'entraîneur sportif. Après cela, l'entraîneur sportif effectuera une poussée lente et progressive visant à allonger le secteur du corps concerné. La contraction du muscle homonyme controlatéral permet de tirer parti de l’effet de la relaxation musculaire induit par l’intervention régulée inhibitrice des fuseaux neuromusculaires. Cette technique est généralement utilisée uniquement lorsque le sujet a déjà acquis le contrôle des techniques précédentes et en association avec elles

MÉTHODES PRATIQUES:


Méthode Hold and Relax: utilise la technique de l'inhibition autogène et est utilisée en tant que première approche du facteur de la non-prolifération lorsque le sujet est très peu mobile.


La méthode contraire se détend: elle repose sur le principe de l'inhibition mutuelle et est utilisée lorsque le sujet a une bonne mobilité et que le mouvement actif ne crée aucune sorte de douleur. ;


La méthode Crac: représente l'ensemble des deux inhibitions précédentes (autogène et réciproque et la technique la plus efficace pour augmenter la mobilité est jugée. L'athlète il contracte ensuite le muscle affecté par l’étirement, puis le relaxe. L’entraîneur sportif effectue passivement un étirement progressif lent (inhibition autogène) après que l’athlète a contracté le muscle agoniste du mouvement, puis le relâche lorsque l’entraîneur sportif tente de renforcer sa flexibilité.

ARTICLES CONNEXES